Bibliothèque de l’Ezida

Informations essentielles
Location / Site
Kalhu
Ere chronologique
Xe-IVe s. av. J.-C.
Périodes concernées
  • Néo-assyrienne
Éléments identificateurs
  • Mention dans lettres et discours (références externes)
  • Textes issus de la bibliothèque
  • Vestiges architecturaux (vestiges matériels)
  • Objets liés
Contenu
  • Astronomie
  • Médecine
  • Exorcisme / magie
  • Divination
  • Textes littéraires
  • Textes religieux
  • Textes historiques

Presentation

 

L’Ezida de Kalhu est le temple dédié à Nabû et à sa parèdre Tašmetu. Le temple, composé de deux espaces distincts possède une bibliothèque où furent retrouvées environ 300 tablettes cunéiformes datées entre le IXe et le VIIe s. av. J.- C. Une partie du fonds de la bibliothèque fut sans doute déplacé vers Dur-Šarrukin ou Ninive

Eléments identificateurs

Les trois saisons de fouilles archéologiques de Max Mallowan entre 1955 et 1957 ont permis d’identifier la présence d’une bibliothèque dans le temple du dieu des scribes, Nabû à Kalhu. Environ 300 tablettes en argile écrites en cunéiforme ont été découvertes dans la salle NT 12 du temple en face des cellae du dieu Nabû et de la déesse Tašmetu.

Histoire de la bibliothèque

Les tablettes de la bibliothèque du temple de Nabû furent écrites entre le IXe et le VIIe s. av. J.- C. Jusqu’en 707 av. J.-C.Kalhu était la capitale de l’empire néo-assyrien. On déplaça peut-être une partie du fonds de la bibliothèque dans la nouvelle capitale royale de Dur-Šarrukin, construite à partir de 717 av. J.-C., ou à Ninive, élue capitale royale après la mort de Sargon II en 705.

Localisation

Le temple de Nabû se trouvait au sud-est de l’acropole  à l’est d’un palais qu’on nomme le « palais brûlé », à côté du palais du gouverneur de la ville et directement à l’ouest d’un mur d’enceinte. A l’entrée du temple se trouvaient deux figures d’hommes-poissons, les divinités protectrices du temple. Après une entrée monumentale, une longue salle (NTS 13) menait à deux cours intérieures. La bibliothèque se trouvait dans la salle NT 12, dans la deuxième cour intérieure dont l’accès n’était autorisé qu’à un personnel spécialisé. La salle de la bibliothèque faisait face aux cellae des divinités du temple : Nabû et sa compagne Tašmetu.

Architecture et aménagements

La plupart des textes ont été découverts dans la salle NT 12 du temple, qui mesurait 32 m². Une large porte se trouvait à l’entrée de la salle, elle permettait d’offrir aux scribes une bonne luminosité pendant qu’ils recopiaient les textes. Un puit fut exhumé au nord de la salle. Il était sans doute utilisé pour maintenir l’humidité des tablettes. L’entrée de la bibliothèque donnait sur la cour intérieure qui menait à la cella du dieu Nabû.

Il est possible que NT 12 n’est pas été la seule salle de réserve. On ne sait pas comment les tablettes étaient rangées dans la bibliothèque. On a retrouvé aucune étagère ou reste de panier. D’autres textes furent exhumés dans les salles NT 10, 11, 13 et 14. Il est difficile de savoir si c’était des bureaux de scribes ou des salles de réserve. En effet les tablettes furent éparpillées après la destruction de la ville en 612 av. J.-C. Les installations postérieures sur le site contribuèrent également à perturber son état d’origine. Des fragments d’écritoire en bois (en savoir plus), recouverts de cire, furent retrouvés dans la salle NT 13. Ils étaient avec les tablettes d’argile un support traditionnel pour les textes littéraires et savants.

Insertion de la bibliothèque dans la société

Les experts des savoirs mésopotamiens utilisaient et entretenaient le fonds de la bibliothèque. Les āšipus, exorcistes-médecins, et les kalû, prêtres-lamentateurs, y avaient accès. Ils étaient tous desservants des dieux du temple. Certains se présentent dans les textes de la bibliothèque comme «apprenti ». Les noms de certains d’entre eux apparaissent également dans la correspondance royale des rois néo-assyriens. Les utilisateurs de la bibliothèque étaient des érudits de cour. Quinze noms de scribes nous sont connus. La plupart appartiennent à deux familles présentes dans l’entourage royal pendant plusieurs générations . En plus de contribuer au culte, les textes de la bibliothèque avaient pour objectif de fournir un attirail savant pour protéger et soigner le roi et sa cour .

Fonctionnement et activités

La bibliothèque permettait de consulter surtout des ouvrages médicaux et magiques. Les ouvrages de la bibliothèque permettaient aux prêtre-lamentateurs et aux exorcistes-médecins d’accomplir le culte des dieux du temple, de soigner les malades  ou de protéger l’empire néo-assyrien de l’apparition de présages néfastes. Certains documents sont des textes savants. On peut s’interroger sur leur utilisation pratique par les scribes. Il est possible qu’ils aient servis à la formation des apprentis scribes du temple (en savoir plus) ou qu’ils témoignent du goût personnel de certains lettrés pour des thèmes savants. Peu de textes littéraires furent retrouvés dans la bibliothèque.

Contenu de la bibliothèque

Environ 300 tablettes furent exhumées. La bibliothèque devait contenir à son apogée beaucoup plus de textes. Sur le fonds découvert:

  • 30 % sont des textes de divination
  • 28% sont des textes magiques et médicaux
  • 13% sont des textes lexicaux
  • 10% sont des textes religieux
  • Les textes littéraires représentent moins de 5% du fonds.

Liens avec d’autres bibliothèques ou centres de savoirs

Il est possible qu’une partie de la bibliothèque ait déménagé dans le temple de Nabû à Dur-Šarrukin à la fin du VIIIe s. av. J.-C. ou dans les bibliothèques royales de Ninive.

Bibliographie

  • Mallowan M., 1966, Nimrud and its remains, 2 vol. London, Collins.
  • Pedersén O., 1998, Archives and Libraries in the Ancient Near East 1500–300 B.C., Bethesda, p. 83-86 & p.130-181.
  • Young M., 2014, La bibliothèque du temple de Nabû à Kalhu à l’époque néo-assyrienne, mémoire de Master 2, dirigé par Fr. Joannès, Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne.

Auteur

Young Marie

Notice

Titre : Bibliothèque de l’Ezida
Auteur : Young Marie
Sujet : Bibliothèque
Description : Astronomie, Médecine, Exorcisme / magie, Divination, Textes littéraires, Textes religieux, Textes historiques
Editeur : Clancier Philippe
Date : juin 2018
Type : Bibliothèque / Dans sanctuaire
Format : Texte et images
Source : Mention dans lettres et discours (références externes) / Textes issus de la bibliothèque / Vestiges architecturaux (vestiges matériels) / Objets liés
Langue : French
Relation : http://nimrod.huma-num.fr/sites/kalhu
Droits : CC by NC - SA
Couverture :

Irak du Nord

/ Xe-IVe s. av. J.-C. / Néo-assyrienne